Accueil

Visite des Gorges

Page accueil / Les gorges de la Loire bien représentées lors du Salon International de l'Agriculture à Paris

Pascale et Hubert Briois de la ferme de la Combe à Saint Maurice en Gourgois, 3èmes lauréats au Concours National des Pratiques Agro-Ecologiques – Prairies et Parcours du Concours Général Agricole (CGA) catégorie « fauche (et secondairement pâturage) / montagne ou haute montagne, lors du Salon International de l’Agriculture à Paris


Depuis 2014, ce concours récompense le meilleur équilibre agro-écologique rendu par les prairies dites « fleuries », dont les pratiques de l’éleveur sont cohérentes avec ses objectifs et les enjeux du territoire. Ces pratiques agricoles valorisent et renouvellent la biodiversité sur les parcelles agricoles. La richesse floristique des herbages agit sur les caractéristiques gustatives et nutritionnelles des produits et contribue à une production agricole de qualité, en même temps qu’elle contribue au maintien de la biodiversité.

18 agriculteurs et éleveurs récompensés dans 6 catégories pour l’excellence de leurs pratiques agro-écologiques et leurs démarches pionnières au Concours Général Agricole

Les lauréats nationaux 2020 ont été dévoilés et récompensés le 28 février lors du Salon International de l’Agriculture à Paris, en présence du grand public et des autorités :

« Encourager des modes de production soutenables et économiquement performants, réconcilier une production saine et de qualité, en répondant aux attentes légitimes de la société pour une alimentation porteuse de valeurs et respectueuse de l’environnement, tel est le « contrat social » que relèvent, pour cette édition des 150 ans, les 392 éleveurs et agriculteurs, engagés dans ce Concours » Benoît Tarche, Commissaire Général du Concours Général Agricole.

La ferme de la Combe : élevage bovin viande et volaille, en vente directe – 45 vaches, 92 ha de prairies

Depuis 2007, sur les hauteurs des gorges de la Loire à 750m d’altitude, ce couple passionné par le métier d’agriculteur vend sa production de viande bovine exclusivement aux particuliers en vente directe. Souhaitant développer une agriculture raisonnable, ils entretiennent la diversité floristique de leurs prairies, obtenant aujourd’hui plus de 55 espèces différentes sur leurs parcelles, avec des plantes réputées de bonne valeur aromatique pour la santé du bétail (telles que des Achillées, Epervières ou encore Gaillets) ou pour l’apiculture (Luzernes, Centaurées par exemple). Leur production strictement locale, réalisée sans engrais chimique ni produits phytosanitaires, est nourrie sans complément alimentaire grâce à cette grande richesse des sols. La qualité de leurs parcelles, tout comme celle de leur production est ainsi reconnue par le jury d’experts locaux puis nationaux.

Le cercle vertueux de l’agro-écologie

C’est dans le cadre du Projet Agro-Environnemental et Climatique (PAEC), porté par Saint-Etienne Métropole et le Syndicat Mixte d’Aménagement des Gorges de la Loire (SMAGL), que ce concours est organisé localement dans un premier temps. Les gagnants régionaux, Pascale et Hubert Briois, concourent ensuite au niveau national. (Pour rappel, les lauréats régionaux suivants : second Laurent Freycenon, à Roche la Molière, éleveur bovin viande ; et troisièmes ex-aequo, Marc Pinatel, du GAEC la ferme des Gorges de la Loire à Saint-Victor sur Loire éleveur bovins et ovins viande, et Thierry Reynaud, de la ferme de Cessieux à Chambles, éleveur biologique en production de yaourts et fromages).

Le concours “Prairies et parcours” se fixe pour objectif de mettre en avant et de valoriser les pratiques des éleveurs s’appuyant sur la biodiversité pour contribuer à l’amélioration de la qualité de l’alimentation de leurs troupeaux. Cela revient à penser les prairies et les parcours comme des espaces de biodiversité servant à la production et inversement, démontrer que des pratiques d’élevage vertueuses participent activement à la préservation de l’équilibre agro écologique.

L’avis du jury

Le jury national a ainsi mis en avant un contexte difficile pour maintenir l’activité d’élevage, de par sa situation périurbaine et des animaux au pâturage à toutes les saisons. Il a relevé sa forte diversité en infrastructures agroécologiques avec la présence de haies, mares etc. et la contribution de la parcelle au stock et au pâturage hivernal.

Le projet co-financé par l'Union Européenne dans le cadre
du Fonds Européen Agricole pour de Développement Rural - FEADER